SONGE AFRICAIN (j -8)

Publié le par Stéphanie GAOU-BERNARD



Je me voyais noire, le corps bouillonnant de rythmes sourds. Je n’ai jamais su pourquoi. La fatalité vous réserve de ces surprises, aussi. Je ne me sentais pas née au bon endroit, parfois pas avec les bonnes personnes. Je voulais d’un autre continent, j’avais envie d’entendre les sons de langues ancestrales. Les musiques noires m’ont toujours attirée. Puis la danse africaine. Le Maghreb fut mon premier choc avec le monde d’antan. La porte ouverte sur d’autres sud. Je me souviens du premier voyage. Encore dans la cabine de l’avion, je sentais mon cœur se poser sur la terre africaine. Voilà que j’y suis depuis cinq ans et que les ailes me poussent encore pour naviguer plus bas, aborder d’autres rivages. Plus qu’une semaine pour aller dans ce pays que j’ai voulu voir tant de fois sans m’y résoudre, avec cette peur au ventre, comme si j’allais retrouver un amant que je n’aurais que trop aimé. Saint-Louis, Dakar, que me réservez-vous ? Je n’aime pas écouter les Cassandre qui prédisent toujours négatif et désillusions. Je n’écoute que mon cœur. Il m’a trompée pourtant souvent, mais je lui fais encore confiance.

Je ne sais pas quelle sera ma première réaction : la joie ? les pleurs ? l’impossibilité de parler ? Je ne sais pas. Je connais pourtant ces sensations de réveil dans un pays inconnu, ces possibilités démultipliées.  Je connais, mais on est toujours neuf face à ses rêves… Si je pouvais ne pas être déçue.

© Stéphanie GAOU-BERNARD

Tanger [17.01.09]

Publié dans PENSEE DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thierry+Benquey 20/04/2009 12:43

Tu as raison, mieux écouter les casamances que les cassandres. Clin d'oeil.
Amitié
Thierry

Stéphanie GAOU-BERNARD 20/04/2009 20:43


thierry: ce petit clin d'oeil est très beau, c'est un peu ce que je fais au quotidien, écouter les casamances et leur voix africaines et rejeter les cassandre, des emmerdeurs... je t'embrasse


yannick 18/04/2009 18:22

amitié

Stéphanie GAOU-BERNARD 20/04/2009 20:41


itou


yannick 18/04/2009 18:22

l'exil, toujours l'exil dans ce texte, même une angoisse d'exil comme si les lieux tout comme des personnes pouvaient nous révéler à nous-mêmes. le désir de sud est bien exprimé, le sud de tous les possibles, le sud archaïque et moderne tout à la fois. j'ai aimé ce texte sincère et attends aussi la suite du voyage africain...rires...

Stéphanie GAOU-BERNARD 20/04/2009 20:41


@yannick: on ne se moque pas... la suite du voyage africain reste dans les tiroirs, je suis devenue extrêmement lazy pour le récit de voyage, pas très douée surtout... oui, le Sud appelle en moi
cette errance, ces partances, rien à faire, c'est comme un papier qui colle, je ne parviens pas à l'enlever de mes baskets... (ps: je ne porte JAMAIS de baskets, :)
merci


edouard 09/03/2009 14:40

Et oui, il m'arrive d'être mal luné. Je bats ma coulpe. Bon lundi à toi.

Stéphanie GAOU-BERNARD 09/03/2009 17:18


@ Edouard: ne te bats pas trop fort, je ne t'en veux pas, je t'aime comme tu es!!!!


edouard 06/03/2009 15:48

Ayant beaucoup de pain sur la planche ces temps-ci, j'ai décidé de ne plus commenter les gens qui ne me commentent pas et commentent ailleurs. Je suis comme ça. Désolé. ne m'en veuille pas. Bizzzz et bon w-e.

Stéphanie GAOU-BERNARD 06/03/2009 17:04


@ Edouard: évidemment, c'est une bonne raison, moi, je ne peux pas t'en vouloir, c'est plutôt toi qui es fâché, je fais mon mea-culpa, combien me réserves-tu de coups de knout??? Je t'embrasse,
j'arrive dans quelques instants...