TERRE NOURRICIERE

Publié le par Stéphanie GAOU-BERNARD






Chacun défend son pain.

Mon pain est pétri de la terre qui m'a vu naître, qui a porté mes pas, des larmes que les miens ont versé sur moi pour me donner la vie, des soleils qui se couchaient à mes côtés, des horizons que je voulais sauvages.

Jusqu'ici, nous avions partagé le pain, ils étaient comme nos frères, même si notre sang n'était pas le même, qu'importe le sang, nous nous aimions quand même.

Et maintenant, qu'en reste-t-il de cette fraternité?

Chacun défend son pain.

Il n'y a ni bons, ni mauvais, seulement des affamés, des morts la faim, pour un quignon de terre, pour une bouchée de sable, des hyènes prêtes à s'entretuer.

Chacun défend son pain. C'est mon pain.

Là est notre ultime liberté.


© Stéphanie GAOU-BERNARD
Tanger [9.1.9]




Publié dans PENSEE DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

el inani 17/09/2010 10:02


ces vers me servent de bref commentaire :

Bonheur partagé s'accroît
Souffrances contées s'atténuent
Sur la table jonchée de menus
Pensons aux SDF aux démunis
Aux passants anonymes
Aux vagabonds méconnus
Ahmed EL INANI


Bifane 16/01/2009 07:50

Oui, sujet brûlant... sujet difficile, glissant... Je ne sais moi-même qu'en penser, qu'en écrire. Que la guerre est une affaire de fous, qu'elle représente la manifestation la plus odieuse de la violence humaine, qu'elle est désespérante à force de semer les victimes et les souffrances, la mort pour seule fin, qui appelle la mort en réponse, et le cercle est lancé, vicieux à l'extrême, destructeur, témoin noir de ce que l'humanité n'a pas compris. Témoin... de ce qu'elle ne comprendra jamais ?
Qui a tort ? Qui a raison ? La question peut-elle être ainsi posée ? Les victimes sont dans les deux camps, la colère aussi, la soif inextinguible de vengeance et de sang de même... Qui a tort ? Qui a raison ? Les guerriers se servent des innocents pour justifier leurs actes criminels, exhibent des corps déchirés, des enfants morts, puis une arme vengeresse. Tuons ! Tuons ! Réduisons à néant ce chien de voisin, ce monstre d'ennemi, ce salaud, cette ordure... ces hommes... des hommes... Comme moi, comme nous...
Et chaque mort qui tombe enlève un peu de vie à ceux qui tuent, et à ceux qui contemplent le spectacle de cette mort... Des humains entre eux... Quel autre être vivant peut avoir tant de fureur dans le désir de se détruire ?
Quand je songe à tout ce que l'humain pourrait... à toute la noblesse qui peut vivre en lui... et à tout ce gâchis injustifiable, pour quelque raison que ce soit...

Stéphanie GAOU-BERNARD 16/01/2009 14:44


@Bifane: oui, le sujet est délicat, moi aussi, je ne veux pas prendre partie...


Emmanuel 13/01/2009 13:34

Eternelle quête sans remède.

Stéphanie GAOU-BERNARD 13/01/2009 16:36


@Emmanuel: oui, c'est un peu le problème... Je crois que l'homme est un incorrigible guerrier, il trouvera toujours une occasion pour se prendre de grippe avec son voisin... C'est dommage


Terrienne 13/01/2009 09:21

très joli!

Stéphanie GAOU-BERNARD 13/01/2009 13:09


@terrienne: je ne sais pas si mon intention était l'esthétique, mais merci du commentaire...


Rudes rêves (poésies par Philippe Cougé) 12/01/2009 16:17

peut être qu'en le partageant, notre pain, sans rien demander en retour, ce serait un début ??

très belle interrogation sur la condition humaine !!

Phil

Stéphanie GAOU-BERNARD 12/01/2009 19:56


@Philippe: oui, il faudrait qu'on y pense, partant du principe que rien ne nous appartient vraiment pas même quelques poignées de sable, on devrait y arriver, mais l'humain est tenace et peu
prêteur... difficile de lui faire confiance.