PENSEE PLUVIEUSE

Publié le par Stéphanie GAOU-BERNARD







Eau bruissante
Surpris par l'orage,
Clapotis des enfants
Course sur les trottoirs.

Au loin, affolés,
Les automobilistes
Font claquer leurs klaxons.

Et moi qui suis au chaud,
Bienveillante
A présent.
Calme. Au loin, le tumulte.

(c) Stéphanie GAOU-BERNARD
Tanger [12.12.2008]

photo de l'auteur: maison tangéroise des années 1920

Publié dans PENSEE DU JOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anita 24/05/2010 16:17


j'aime beaucoup vos textes j'y reviendrais avec grand plaisir...je vous souhaite une belle fin de soirée

Anita


Philipp 18/03/2009 23:35

J'aime bien cet ensemble !

Stéphanie GAOU-BERNARD 19/03/2009 09:26


@ Phillip: merci d'avoir laissé trace de ton passage ici...


Gwen-Maël 27/12/2008 09:14

superbe, avez-vous reçu ma réponse hier ? L'amie qui m'a conseillé de merendre sur votre blog s'appelle Danielle Raoult.
Bienvenue sur le mien...
C'est vrai qu'avec la musique l'atmosphère gagne en profondeur.

amitiés
Philippe

Stéphanie GAOU-BERNARD 27/12/2008 11:38


@Philippe: pour certains textes, elle peut s'avérer superflue ou envahissante, mais il y a quelques pièces de piano par ex. qui illustrent parfois parfaitement ce que les mots voulaient simplement
insinuer... Merci de vos visites


eva baila 24/12/2008 17:22

Ambiance...
Très bon comme toujours.

Stéphanie GAOU-BERNARD 25/12/2008 19:13


@Eva: ça me fait plaisir que tu repasses par chez moi... Une petite pensée à toi


djila 13/12/2008 15:06

ça me rapelle mon enfance ,du temps ou les maisons étaient couvertes de tuiles : on écoutait la pluie tinter au-dessus...une musique triste..mais qui nous maintenait au chaud...dans la maison!!!
texte nostalgique et remuant d'émotions..
merci STEPHANIE..pour cette poèsie..
djila.

Stéphanie GAOU-BERNARD 16/12/2008 10:40



@djila: oui, moi aussi, ça me rappelle quand j'étais petite, j'avais très peur de la pluie, je ne sais pas pourquoi. Parfois je m'éveillais, persuadée qu'au-dehors, il pleuvait, et je n'arrivais
plus à me rendormir. Mais j'aime aussi la notion d'abri, de protection, entendre les autres courir, s'affoler quand on est au chaud, c'est une des sensations les + délicieuses qui soit... Amitiés