MIGRATIONS (poème)

Publié le par Stéphanie GAOU-BERNARD

Premiers frimas

Nuées d’oiseaux migrateurs, cieux désertés.

De par les cimes des arbres

Résonnent encore leurs cris perçants.

 

Route mystérieuse.

Cet invisible instinct

Qui les mène vers le Sud.

 

Ils se laissent guider

Viscéralement vers les chaudes terres lointaines.

 

Pèlerinage ancestral.

 

Heureux volatiles,

Qui portent au bout de leurs ailes

Une prophétique liberté.

 

Oiseaux enviés par nous autres, terriens,

Retenus sur la terre,

Nous, les êtres racines,

Enchaînés.

 

Nos âmes se voudraient sœurs de ces bêtes,

Nos âmes seules se destinent à voler.

Que sommes-nous, pauvres pèlerins,

Sinon d’immobiles rêveurs ?

 

© Stéphanie GAOU-BERNARD

Tanger [03.12.2008]


source photo: flickr

Publié dans POEMES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eva baila 03/01/2010 22:18


oui, les oiseaux fascinent les hommes pour toutes les raisons que tu dis...
Les oiseaux ne savent pas qu'ils volent, et les hommes ne savent pas qu'ils peuvent voler...


Flopso 14/12/2008 01:59

je cherche un poème ou texte de théâtre célèbre dans tous les blogs de la catégorie littérature,qui exprime la souffrance que l'on ressent quand la personne que l'on aime est loin. Pas quelque chose de "gnan gnan" mais avec des mots assez forts, qui expriment le déchirement, la "décomposition intérieure" que l'on peut ressentir par manque de l'autre. Merci

Berhed 12/12/2008 20:15

bon soir

dans ma région les oiseaux migrateurs sont revenus

je les attend tous les ans surtout les grues cendrées

merci pour ce beau poême

amicalement

Berhed

Clopine Trouillefou 12/12/2008 13:58

Bonjour, d'abord, bravo pour votre blog et la musique qu'il propose (celle des mots et celle des instruments) ! Ensuite, je viens de lire votre commentaire chez Pierre Assouline et, même si je dois vous paraître outrecuidante, je me permets de vous signaler qu'un modeste livre "la Recherche Racontée", référéncé sur amazon, 13,30 euros seulement, ahah,
est écrit justement à l'attention de personnes comme vous, qui "rejetez" La Recherche du Temps Perdu. Voilà, c'est dit, et je suis votre servante

Clopine Trouillefou

stephanie gaou 11/12/2008 10:35

@Emmanuelle Grangé: Pourquoi Le sud? Ah, le soleil peut-être, la chaleur... De Tanger, on les voit arriver fin septembre, ils restent par nuées jusqu'à mi-novembre, et puis lorsqu'arrivent les premiers froids, ils repartent par groupes entiers et descendent vers l'Afrique, la vraie, la noire...